2021 / Diotima

Sculpture
Plâtre résine, chaînette laiton, 2 bougies

La sculpture lumineuse et murale Diotima fait référence à la vie et l’œuvre de Friedrich Hölderlin (1770-1843). Un personnage du même nom apparaît dans le roman Hypérion (1797) et se trouve être l’incarnation divine de Susette Gontard, femme que Hölderlin a profondément aimé. Son œuvre littéraire, indissociable de son expérience vécue, s’est infiniment nourrie de cette histoire d’amour dont le destin tragique a bouleversé et son écriture et sa vie. Ici, Laurent Pernot propose la sculpture d’un visage tel un masque, qui s’apparente à une déesse romaine antique, fragilisée, et dont le regard ébréché est animé par la présence lumineuse de deux flammes. Les yeux ainsi éclairés vibrent d’une lumière diaphane, chaleureuse mais éphémère ; ils suggèrent ce lien que Hölderlin tissait sans cesse entre les éléments naturels et les sentiments humains, ici le feu et l’amour. Par ailleurs, il est très probable que l’auteur se soit inspiré d’un autre personnage issu du Banquet de Platon, Diotime, prophétesse de l’amour.